Les dettes toxiques

By 06/06/2018 Uncategorized

Rares sont ceux qui ne comptent aucune dette à leur dossier. C’est ce que le bilan 2018 de l’agence de surveillance du crédit Equifax a révélé quant à l’endettement personnel des Canadiens. On y révèle toutefois que malgré la dette élevée, les paiements d’hypothèque sont généralement faits à temps. Y a-t-il donc matière à s’inquiéter? La réponse est oui.

Alors que les Canadiens sont actuellement en mesure d’assurer les paiements de leur prêt hypothécaire, les économistes sont alarmés par leurs dettes liées à la consommation par le biais des cartes de crédit ou les achats de biens à crédit. Ce qu’il faut concevoir, c’est que l’endettement ne concerne pas seulement ce qui s’affiche sur les relevés de comptes.

Par exemple, lorsque vous faites l’achat du dernier divan sectionnel au paiement facile de 99,99 $ par mois, votre meuble est une dette. Vos paiements mensuels, tout comme votre hypothèque ont un taux d’intérêt associé. La différence? Votre taux hypothécaire est généralement de 3 % alors que ce type de dépenses peut atteindre un taux inquiétant de 20 %. Les économistes ont même nommé ce type de charge « dettes toxiques », puisqu’elles mettent directement en danger votre santé financière. Ne pas voir cette dette directement liée à votre compte, comme votre emprunt hypothécaire, fait que la majorité des gens en sous-estime l’impact. Elle tombe alors dans le grand monde du déni financier, où seules quelques enveloppes nous rappellent les paiements à faire, ce qui a pour cause l’accumulation de paperasse sur le coin du bureau. En ne faisant pas vos paiements minimums, vous vous retrouvez non seulement à payer des intérêts faramineux de 20 %, mais en plus, vous commencez à payer des intérêts sur vos intérêts.

Ce qui a d’inquiétant dans l’« achat » de votre divan sectionnel ne concerne pas seulement les taux d’intérêt ainsi que le déni de la dette associé à celui-ci. C’est aussi le problème de la capacité d’emprunt. En effet, lorsque vous achetez à crédit, vous vous dites probablement que si vous ne pourriez pas emprunter, vous ne passeriez pas à la demande de crédit pour une telle dépense. Ce n’est malheureusement pas tout à fait vrai. Actuellement, pour une famille de 4 personnes avec des revenus considérés moyens, 40 % des revenus totaux sont estimés comme étant une évaluation raisonnable de votre capacité de remboursement. 40 %! Imaginez. Si vous avez un salaire de 20 $/heure, c’est dire que pour chaque heure de travail, vous prenez 8 $, y ajoutez des intérêts et que vous le mettez directement dans les poches de vos prêteurs. Ajoutez-y toutes vos dépenses (épicerie, enfants, essence, taxes, cellulaire, Internet, électricité, etc.) … terrifiant, non? En ce moment, le mot économie n’a pas encore été mentionné. Qu’en est-il de votre retraite? Seriez-vous prêt à travailler jusqu’à 75 ans pour payer votre divan sectionnel?

Finalement, nous devons collectivement saisir le fonctionnement de l’endettement afin de bien gérer sa tirelire et d’avoir une santé financière positive. Si votre présent niveau d’endettement vous inquiète, s’il vous plaît, appelez-nous. Consulter un conseiller ne veut pas dire faillite.